jeudi 5 juillet 2018

La Nouvelle Entreprise

Le nouveau livre de 
Valérie BUGAULT

La NOUVELLE ENTREPRISE
Géopolitique de l'entreprise



EAN 9782376040118, 152p, 15x21cm, 14,95 €
Pour vos commandes merci de saisir vos noms et adresses tout en majuscule




Alors que le vaste mouvement actuel de prétendue «modernisation du droit» ne cesse de rabaisser l’État pour le voir disparaître, la modernisation que nous proposons ici a pour objet de remettre l’État à sa véritable place, celle d’un garant du bien commun, d’un régulateur des appétits individuels et catégoriels. Il s’agit, tout simplement, d’appliquer à l’entreprise les préceptes de séparation des pouvoirs — que les Américains appellent Checks and Balances — que Montesquieu a, à tort et délibérément, consacrés à l’organisation politique des États. Si l’État et le pouvoir politique qui le sous-tend ne doivent pas être dilués, sous peine de perdre leur raison d’être, le pouvoir économique qui se cache derrière les multinationales a, tout au contraire, grand besoin de faire l’objet d’une limitation. À cet effet, il importe d’opérer une distinction juridique entre les différents participants de l’entreprise et de rééquilibrer les forces en présence afin, dans un second temps, d’établir clairement les responsabilités de chacun de ces participants.

La théorie juridique unitaire de l’entreprise présentée dans ce livre, sans nuire aux petites et moyennes entreprises (PME), est de nature à faire disparaître la puissance politique cachée derrière les «galaxies opaques» que sont les «groupes économiques». «L’entreprise nouvelle norme» rendra au «fait politique» la place qui est, de droit, la sienne et qu’il a malencontreusement, et depuis trop longtemps, abandonnée au profit du «fait économique» anonyme.

Ce renouveau juridique de l’entreprise actera un retour de «l’ordre naturel», c’est-à-dire d’une organisation politique et sociale viable, compatible avec le concept de civilisation. Ce nouvel ordre politique rendra, à son tour, possible un renouveau géopolitique.

Valérie Bugault est docteur en droit de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne. À l’occasion de sa thèse portant sur le droit de l’entreprise, elle a élaboré une théorie juridique unifiée, qualifiée « d’iconoclaste », de l’entreprise. Elle a travaillé comme avocate fiscaliste dans le domaine des prix de transfert ainsi qu’en droit fiscal interne avant de cesser sa carrière d’avocate pour se consacrer à l’analyse des problématiques de géopolitique économique.