samedi 12 janvier 2019

LUMINEUSE et le DRAGON

LUMINEUSE et le DRAGON

Conte



Nikos Lygeros

Traduit du grec par Anne-Marie Bras


Sigest, 2018, EAN 9782376040231, 36 pages couleurs, 9,95 € 

Parution 28 janvier 2019

 


Le Dragon prit les lettres de fer et commença à écrire. Lumineuse regardait les mouvements invisibles, tentait de comprendre sa pensée et entendait l’œuvre du silence. Quand le dragon termina, le mur de sa chambre était couvert de marques. C’étaient les traces de l’histoire, le secret du dragon.

Personne d’autre ne savait leur secret. Même quand il fallait éteindre la lumière le soir, Lumineuse pouvait lire l’étrange écriture. Chaque jour Lumineuse lisait de plus en plus. Elle voulait savoir les choses oubliées. Elle voulait savoir les choses du futur. Les mille ans du dragon avaient mis en mémoire le monde des hommes.



« Il y a plusieurs façons de parler de la souffrance d’un peuple, du devoir de mémoire et de la quête d’une justice pour des crimes imprescriptibles. Nikos Lygeros le fait à sa façon, par des symboles, mots codés, de murmures à travers des ombres et des lumières de ses dessins qui accompagnent magnifiquement le texte. »
Jean Dorian



Mathématicien, Conseiller stratégique, Nikos Lygeros intervient notamment auprès des états grec et chypriote.




jeudi 13 décembre 2018

Les fiancés de la mort

Les fiancés de la mort 
Les stratèges de la terreur globale

EAN 9782376040002, 176 pages, 15€



Ce titre peut paraître déroutant au lecteur peu averti…

Le sous-titre « la stratégie de la terreur globale » est plus explicite. Jean Michel Vernochet – au-delà de données événementielles purement journalistiques – nous fait ici participer à une enquête de fond sur la portée de ce terrorisme moderne, sur ses fondements et sur ses objectifs… Peu d’ouvrages pratiquent ce genre de démarche qui n’est ni aisée ni facile, et en ce sens il est précieux.

Peu d’ouvrages illustrent à ce point cette maxime d’Edward Mandel House dit « colonel House » éminence grise du président Woodrow Wilson :


«  La chose la plus difficile au monde est de suivre à la trace n'importe quelle idée jusqu'à sa source ».

Ce livre est une invitation à travers les cas très concrets et emblématiques d’actes terroristes, qui ont ensanglanté le monde depuis près de vingt ans, à rechercher à la fois ce qui les unit et ce qui les produit… et finalement à qui ces actes - qui n’ont rien de spontanés - profitent !Autrement dit, quelle est leur finalité, au-delà des faits bruts et monstrueux, destinés à frapper les peuples et à marquer les esprits, qui mettent en cause des illuminés radicalisés, « Les fiancés de la mort » qui n’apparaissent, après analyse, n’être véritablement que les idiots utiles d’un système très planifié : celui de « la stratégie de la terreur globale ».


Une démonstration précise et brillante qui serait à rapprocher, s’il n’en est pas l’illustration, pour ceux qui s’intéressent aux techniques de manipulation des masses, d’un rapport célèbre aujourd’hui trop peu évoqué : « le Rapport de la Montagne de fer »… À l’origine, c’est Kennedy qui commanda ce rapport à une quinzaine d’universitaires et de membres de la société civile. Son but était de répondre à la question : « Comment s’assurer de l’assujettissement des peuples à leurs gouvernants dans un monde où l’on se trouverait, par surprise, en situation de vivre sous un régime de paix perpétuelle ? ».

La réponse, au bout de cinq ans d’analyses et de recherches, fut ce rapport dont les conclusions firent scandale, au point que l’un des participants, transgressant le secret initialement convenu, le fit publier…


C’est au président Lyndon Johnson, successeur de Kennedy après son assassinat, qu’il fut remis… Les conclusions présentées y sont accablantes : « Rien ne peut remplacer la guerre, qualifiée de moteur de la civilisation, dont la menace comme les effets permettent seuls de garantir l’obéissance des peuples à leurs gouvernants ».


Et ce rapport, après analyse des « bienfaits civilisationnels de la guerre » préconise en cas de situation de « paix par surprise » de créer un  ennemi fictif ! Nous sommes bien dans cette situation après la chute du mur de Berlin, depuis plus de vingt ans, où après la diabolisation de feux Saddam Hussein et Muhammar Kadhafi et aujourd’hui celle - qui peine à se valider - de Bachar el-Assad, nous avons assisté à la montée en puissance de mouvements terroristes, portés par l’idéologie wahhabite, créés notamment sous l’égide de Ben Laden lui-même, l’homme des services spéciaux pakistanais dont les liens avec la CIA ne sont plus à démontrer ni même à établir.


C’est toute cette stratégie de la terreur dont les instigateurs « aux mains propres » - ceux de l’axe atlanto-européiste qui financent, arment, voire même encadrent ces groupes terroristes - sont les réels bénéficiaires, que Jean Michel Vernochet nous permet de découvrir ici… C’est un constat effrayant, dont le talent de l’auteur nous permet de prendre pleinement conscience.

                                                                                                 

Claude Timmerman
Biologiste
Ancien conseiller de gouvernements africains



Pour les commandes :

https://edsigest.blogspot.com/2017/01/lesfiances-delamort.html?m=1

https://livre.fnac.com/a10376415/Jean-Michel-Vernochet-Les-fiances-de-la-mort#st=fianc%C3%A9s%20de%20la%20m&ct=Rayons&t=p


https://www.amazon.fr/fiancés-mort-stratèges-terreur-globale/dp/2376040000



E&O n°27 - Le mépris

Europe & Orient n°27 (décembre 2018)
Dossier spécial : Pouvoir et Information



LE MEPRIS


Ed. SIGEST, EAN 9782376040217, 136p, 12 €



SOMMAIRE

Réflexion sur les dérives syntaxiques, les approximations sémantiques et les droits de l’Homme
        Henry Cuny
L’Empire ottoman : le retour ?                                                                                                    
Varoujan Sirapian
Du mépris comme idéologie                                                                                                       
François-Bernard Huyghe
Le Conseil anticonstitutionnel!                                                                                                 
Guillaume Berlat
L’Europe face à son destin : le piège du nationalisme israélo-compatible          
Youssef Hindi
Brexit, U.E. et accès à l’Atlantique                                                                                          
Nikos Lygeros
De la diplomatie du roquet!                                                                                                     
Jean Daspry
Cour de Justice de l’Union Européenne et non représentativité du Polisario   
Nikos Lygeros
Pourquoi les Anglo-saxons haïssent-ils la Russie?                                                         
Emmanuel Leroy
Paris Peace Conference: Overview                                                                                          
T. S. Kahvé
Quand Erdogan instrumentalise les minorités turques d’Europe                            
Christophe Chiclet
It’s time for the Congressional Turkey Caucus to get wise and stop being used 
Michael Rubin
La Francophonie en Arménie                                                                                                     
Henry Cuny
L’Arménie se lance dans une course vers la démocratie                                              
Edmond Y. Azadian
Les Francofolies de Nikol…                                                                                                        
Noubar Kechichian
Lobby for Aliyev by Aliyev, 2005–2018                                                                                 
Suren Sargsyan, Aida Gevorgyan, Anahit Muradyan, Sedrak Mkrtchyan
Le défi russe, au cœur du désordre syrien                                                                           
Jean Geronimo
Idlib : une schizophrénie occidentale…                                                                               
Richard Labévière
La présence d’une banque centrale est-elle compatible
avec la souveraineté étatique
?                                                                                              
Valérie Bugault
Unipolarité contre multipolarité                                                                                            
Diana Johnstone
Délivrer les Français de l’emprise des médias                                                                 
Ligne droite


mardi 11 septembre 2018

La Porte de Mithra

La Porte de Mithra

Aux origines de l’Alévisme

Erwan KERIVEL


EAN : 9782376040200, Ed. SIGEST
144 pages, 15x21 cm., 14,95 Euros



 

POUR VOS COMMANDES VEUILLEZ SAISIR 
VOS COORDONNEES (nom et adresse) TOUTES EN MAJUSCULE


Qui est Mithra, dieu solaire des anciens peuples iraniens, dont le nom est associé aux notions d’amour, de vérité et de pacte entre l’être humain et l’Ami, la divinité ? Quel rapport avec le système de croyance des Alévis, communauté de Turquie de 15 à 20 millions d’âmes ? Dans cet ouvrage, l’auteur se propose de montrer comment la Voie mystique des Alévis et ses règles (Yol ve Erkan) trouvent leur origine dans la très ancienne religiosité des peuples iraniens et s’interroge sur les structures et les rituels de la foi alévie, hérités de ceux du culte de Mithra, sur les éléments naturels sanctuarisés et leur symbolique ainsi que sur les incarnations du divin et leur place dans ce système de croyance qui considère l’être humain comme central.
Cet ouvrage prend sa place dans la nécessaire lutte contre les tentatives d’assimilation des Alévis à l’islam. Fondamentalement, l’alévisme doit définir ou redéfinir son identité propre. C’est une responsabilité historique vis-à-vis des plus jeunes et des futures générations. L’alévisme est une croyance vivante reposant sur une Voie et des règles, qui diffèrent des religions mosaïques (judaïsme, christianisme et islam). Cheminons ensemble face au soleil et à la lune, dans l’harmonie des quatre éléments naturels, dans la voie de l’amour et de l’amitié, en nous efforçant de faire vivre en nous la parcelle du divin et d’atteindre la parfaite essence humaine. Comme il y a des milliers d’années, franchissons la Porte de Mithra…



Erwan Kerivel est né en 1972. Sa rencontre avec la communauté alévie en 1990 le pousse à étudier cette culture méconnue en Europe. Devenu turcophone, il se rend plusieurs fois en Turquie et après quinze ans de recherches et d’études en autodidacte sur le sujet, il publie plusieurs ouvrages de référence sur cette communauté. La Porte de Mithra est l’achèvement de son travail sur la question et développe pour la première fois la thèse de l’origine mithraïste de cette communauté.



Consultez quelques pages

mardi 21 août 2018

Théorie structurale de la monnaie

Théorie structurale de la monnaie
et applications

Jean RÉMY

EAN 9782376040170, 124p, 15x21cm, Ed. Sigest, 12 euros

Parution 3 septembre 2018

Réservez votre exemplaire dès aujourd'hui pour le recevoir en priorité
Merci de saisir vos noms et adresses tout en majuscule




Lorsque le dollar, monnaie de l’Empire, a été coupé de toute référence à l’or en 1971, les détenteurs des pouvoirs académique et politique ont réagi d’une façon inappropriée en s’engageant dans une entreprise de dérégulation et de libéralisation de la finance et en réaffirmant une confiance aveugle dans les mécanismes de marché, alors que les opérateurs de ce marché étaient déjà en situation de le contrôler, et que de la monnaie, objet des transactions, ne pouvait plus à aucun titre, relever du concept de marché. Elle était en effet définitivement confirmée comme une institution, et non plus comme un bien.

La lecture, partielle ou complète de ce livre, change définitivement le regard que l’on porte à certaines idées reçues extrêmement répandues et souvent inconscientes, que l’on appelle des paradigmes, et comme le souligne le préfacier, « ce livre pose le socle théorique d’un futur combat libérateur pour les peuples contre les réseaux oligarchiques mondiaux ». Il ouvre des perspectives considérables qui permettront de développer de nouveaux outils, de nouvelles méthodes, pour corriger les dérives du système monétaire et financier actuel, le rendre plus juste, plus sécurisé, plus efficient, plus neutre dans ses interactions avec l’économie réelle.




Jean Rémy, ancien banquier international, spécialiste des systèmes d’information bancaire, il a créé il y a une trentaine d’années la théorie structurale de la monnaie qui a de nombreuses applications. Aujourd’hui en retraite, il est conférencier, et milite pour une moralisation de la finance et de la banque.







vendredi 10 août 2018

Guide touristique : Arménie

GUIDE ARMÉNIE 
Les lieux les plus réputés 
et le bloc-notes du touriste

EAN 9782376040163 Editions Sigest, 12x17 cm, 112 p., 11,95 euros

Pour vos commandes merci de saisir vos noms et adresses tout en majuscule



POURQUOI FAUT-IL VISITER L’ARMÉNIE ? 

Il y a au moins trois raisons.

1. Comme vous le savez, lors du Déluge, l’Arche de Noé, après avoir navigué durant 150 jours, s’échoua sur le Mont Ararat. Qui donc ne voudrait pas voir de près cette montagne qu’on appelle aussi Massis.

2. Les racines du christianisme se situent en terre d’Arménie, puisque le christianisme fut proclamé religion d’État dès 301. C’est donc un lieu de pèlerinage pour tout chrétien. 

3. Si l’Arménie est surnommée Paradis terrestre ce n’est pas par hasard. La Bible cite quatre fleuves qui prennent source dans le Paradis terrestre : l’Euphrate, le Tigre, le Pisôn (aujourd’hui le Tjorokh) et le Gihôn (aujourd’hui l’Araxe). Géographiquement c’est bien le Plateau arménien qui correspond au Paradis terrestre cité dans la Bible. Qui donc ne voudrait visiter le Paradis terrestre ? 

Il y a aussi beaucoup d’autres raisons pour visiter l’Arménie, parlons d’une seule raison : il y a quelque 25 siècles que les Arméniens ont inventé le pain au levain. Jusque-là le lavach ne tenait pas sur les parois du tonir (four à pain en forme de puit) et tombait au fond du trou en se consumant sur la cendre. 
Alors pourquoi ne pas visiter notre pays qui a des traditions très anciennes pour cuire le pain. On pourra aussi goûter des produits bios et des fruits savoureux.

ALORS, BIENVENUE EN ARMÉNIE !




jeudi 9 août 2018

En l'An 68


En l’An 68

Trublions, enragés & messianiques
ouvrent le bal du Diable sous l’enseigne de la postmodernité


Jean-Michel VERNOCHET





EAN : 9782376040194, Editions Sigest, 136 pages, 12x18cm, 12 euros  

merci de saisir vos noms et adresses tout en majuscule



Mai 68 fut une véritable Révolution et non un chahut d’étudiants. Une révolution mondiale qui à l’opposé de 1917 a pleinement réussi et vu le triomphe posthume de Trotsky. À savoir l’échec du marxisme-léninisme qui avait érigé la classe ouvrière en idole messianique. Le joli mois de Mai consacra lui, les théories freudo-marxistes d’Herbert Marcuse et ultra libérales de Milton Friedman, les Écoles de Francfort et de Chicago s’étant combinées pour former un mélange détonnant et changer la face du monde.

Les minorités agissantes devinrent les forces subversives porteuses de l’assomption eschatologique. Le messianisme révolutionnaire n’a en vérité jamais visé l’émancipation des hommes, mais uniquement la destruction de l’ordre existant. Le prolétariat russe n’aura été ainsi entre les mains des bolchéviques qu’un instrument… La Terreur rouge de 1918 le récompensera de sa crédulité à coups d’exécutions massives, de famine et de goulag. Au demeurant la révolution ultra libérale-libertaire conduit tout aussi inéluctablement à l’élimination des classes laborieuses par le déclassement et le chômage de masse.

Cinquante ans après, les protagonistes de l’émeute soixante-huitarde, trotskistes et maoïstes, sont devenus les grands passeurs de l’hédonisme californien, se faisant les agents les plus actifs de l’américanisation du Vieux continent et au-delà, de sa tiers-mondisation. Ils furent aussi généralement d’ardents promoteurs idéologiques des guerres destinées, au nom de la Démocratie et des Droits de l’Homme, à diffuser le monothéisme du marché, nouvelle religion annonciatrice d’une Gouvernance mondiale en progestation assistée.

Tous ou presque occupent aujourd’hui des postes de contrôle politiques, culturels, universitaires, médiatiques d’où ils ont avec succès engagé la grande mutation du paradigme sociétal et culturel du monde occidental. Soit la négation absolue de toutes les références métaphysiques ayant servi jusqu’à ce jour de base à la civilisation.