samedi 25 novembre 2017

Auron au Centre culturel A. Manoogian


Yaïr Auron au Centre culturel A. Manoogian



Mercredi 22 novembre, Yaïr Auron a terminé sa tournée en France pour présenter son livre « Israël et le génocide des Arméniens » avec une conférence donnée dans la soirée, au Centre culturel A. Manoogian, à  Paris 17e.

Le débat a été animé par Laurent Leylekian, qui avait déjà joué ce rôle d’animateur l’an passé lors de la présentation du livre « Sauveurs et combattants » en présence de Charles Aznavour.



Le public, attentif, a pu poser de nombreuses questions auxquelles le prof. Auron a longuement répondu. Ensuite les discussions ont continué autour de la table de dédicace où Yaïr Auron a signé ses deux livres.


Un prochain RDV a été annoncé par J. Sirapian, le directeur des éditions Sigest, pour un troisième livre à venir avec Yaïr Auron, au cours de l’année 2018.




jeudi 23 novembre 2017

Yaïr Auron à LGL


Yaïr Auron reçu
sur le plateau de La Grande Librairie



Pour son dernier jour en France le professeur Yaïr Auron a été invité sur le plateau de La Grande Librairie, présenté par François Busnel sur France5.
F. Busnel reçoit Charles Aznavour
L’enregistrement a eu lieu le 22 novembre et l’émission sera diffusé le jeudi 23 novembre à 20h45 sur France5.
Busnel interroge Aznavour sur l'écriture de ses chansons 
L’invité d’honneur était M. Charles Aznavour dont Yaïr Auron avait raconté l’histoire de la famille qui avait sauvé 11 personnes, dont 3 juifs, pendant l’occupation nazie de Paris .



Participait aussi à l’émission Hélène Carrère-d’Encausse et Guillaume Gallien.




Yaïr Auron fut interrogé par François Busnel sur ses deux livres, « Sauveurs et combattants » et son dernier ouvrage, « Israël et le génocide des Arméniens ».


Après l’émission Charles Aznavour, Yaïr Auron, François Busnel et Jean Sirapian ont pu échanger quelques mots. Jean Sirapian a pu faire part de projets à venir dans le cadre de la Francophonie en Arménie en 2018.
MM. Aznavour, Busnel, Auron, Sirapian


Voir replay sur LGL

mardi 21 novembre 2017

Aznavour et Auron chez LGL


François BUSNEL reçoit
Charles Aznavour et Yaïr Auron
Charles Aznavour et Yaïr Auron. Photo (c) Pierre Turyan 

Seront présents sur le plateau de La Grande Librairie
émission diffusée le jeudi 23 novembre 2017 à 20H45 sur France5


Charles Aznavour, Retiens la vie, Éditions Don Quichotte

Guillaume Gallienne, Ça peut pas faire de mal, Gallimard

Yaïr Auron, Israël et le génocide des arméniens, Éditions Sigest
...

vendredi 10 novembre 2017

Chypre face au néo-ottomanisme...


Chypre
face au néo-ottomanisme
de la Turquie d’Erdo
ğ
an

de Charalambos Petinos 

Editions Sigest, EAN 9782376040040, 144 pages, cartes couleurs, 12 euros
Parution : 30 novembre 2017


Chypre, située à un carrefour de civilisations, fut toujours un pont entre les cultures et entre les trois continents – l’Europe, l’Afrique et l’Asie – qui la bordent. Conquise par de nombreuses puissances à différentes périodes de son histoire, Chypre a réussi à assimiler des influences culturelles diverses. L’île est parsemée de monuments historiques et religieux aux thèmes, styles et philosophies les plus variés.

Ce livre analyse la question chypriote – c’est-à-dire la partition de facto de l’île depuis l’invasion turque de 1974 – sous l’ère du gouvernement de l’AKP et plus particulièrement de Recep Tayyip Erdoğan, le président actuel de la Turquie. Le néo-ottomanisme, l’autoritarisme et l’islamisme actuellement en vogue en Turquie vont jalonner la réflexion tout au long du livre.

L’étude est également axée sur l’appartenance de l’île à l’Union européenne, avec tout ce que cette qualité implique pour le pays lui-même, mais aussi pour l’Union européenne et la région large du Moyen-Orient.



L’auteur :
Charalambos Petinos est historien, spécialiste de Byzance et de géopolitique de la Méditerranée. Il est l’auteur de plusieurs essais et études sur ces thèmes. Il est également l’auteur d’études sur la naissance de l’Empire byzantin et sur le passage du paganisme au christianisme.


jeudi 12 octobre 2017

Yaïr Auron en France

Prof. Yaïr Auron en France

Pour la présentation/dédicace de son livre

ISRAEL et le génocide des Arméniens


Yaïr Auron sera en France du 16 au 22 novembre 2017.

***


Pour les présentations à Paris s'inscrire en écrivant à :
contact @ Tchobanian.org


Pour commander le livre rendez-vous sur cette page :



jeudi 6 juillet 2017

ISRAËL 
et le GÉNOCIDE DES ARMÉNIENS

de Yaïr AURON


 


Ed. Sigest, EAN 9782376040026, 17x24 cm, 312 p., 19,95 euros + 4,35 frais de port.





La première partie de cette étude, La banalité de l’indifférence, examine l’attitude de la communauté juive (le Yishuv) en Palestine (Eretz Yisrael), avant la création de l’État d’Israël en 1948, et celle des dirigeants sionistes sur les massacres commis par les Turcs contre les Arméniens au début du XXe siècle. L’étude poursuit un double but : informer le lecteur sur le génocide du peuple arménien et soulever des questions théoriques et philosophiques qui sont directement ou indirectement en relation avec le débat en Israël et dans le monde entier sur le concept de génocide, ainsi que sur le caractère unique de l’Holocauste en comparaison avec les autres exemples de génocide.




La Deuxième Guerre mondiale et l’Holocauste, d’une part, et l’établissement de l’État d’Israël, d’autre part, ont fondamentalement modifié l’histoire des Juifs. Le peuple juif a vécu son plus grand désastre au cours de la guerre et trois ans après sa fin, il a été le témoin de la naissance de l’État juif.

Dans la deuxième partie de ce livre, La banalité du déni, sont étudiées les mesures israéliennes visant à saper les tentatives pour sauvegarder la mémoire des victimes arméniennes des atrocités turques.


La nature même de notre recherche s’est notablement transformée. La banalité de l’indifférence est essentiellement une étude rétrospective historique, sociale et littéraire. La banalité du déni est une enquête politique et idéologique. L’analyse examine des discours, des écrits et les journaux personnels des chefs de la communauté, ainsi que l’héritage littéraire de cette période. L’étude des tentatives de déni par les institutions israéliennes et les figures dirigeantes de la politique, de la sécurité, ainsi que de l’élite universitaire et pour la « préservation de la mémoire » de l’Holocauste n’est pas simplement une analyse académique, elle a une considérable importance politique, à la fois symbolique et tangible.


Non moins importantes sont les considérations éthiques et morales, car les conduites regrettables ne sont pas le résultat de la passivité ou de l’anxiété, comme nous le montrons dans La banalité de l’indifférence, mais relèvent souvent de la poursuite calculée d’intérêts douteux.

***************

Pour les règlements par chèque ; 
24,30 euros à l'ordre de
SIGEST
29 rue Etienne Dolet
94140 Alfortville









mercredi 7 juin 2017

Le pianiste qui joue à l'étage au-dessus

E&O n°24

Le pianiste qui joue à l'étage au-dessus

EAN : 9782917329733, 136p, 12 €



Sommaire
Editorial : Celui qui "joue du piano" à l'étage au-dessus - Varoujan Sirapian

Institut Tchobanian : Discours d’introduction de M. Henry Cuny, président d'honneur.        

La construction médiatique des «djihadistes», Saïd Bouamama

L’école, la post-vérité et les « théories du complot », Michèle Janss

Voter Macron : un acte de piété républicaine, François Belliot

Triomphe de la propagande : les médias, armes de guerre, John Pilger

Les dérives brunes de Maïdan, Jean Geronimo

Conférence de paix de Paris : Perspectives générales, T. S. Kahvé

L’intégration des Roms dans nos sociétés européennes : problématiques et pistes à explorer     
S.E.M. Henry Cuny

Chypre dans l’étau de l’autoritarisme et du néo-ottomanisme d’Erdogan, Charalambos Petinos

Référendum en Turquie : le « Non » au nom des Alévis, Erwan Kerivel

Les assassins d’Ankara, Christophe Chiclet

Pres. Trump Succumbs to Turkish Pressures By not Recognizing the Armenian Genocide     
Harut Sassounian

Why Armenia Needs the Iskander System, Areg Galstyan

Nuclear trouble in Azerbaijan, Lloyd Green

Le micro 11/9 de Donald Trump, Jean-Michel Vernochet

Le massacre de Khan Cheikhoun et le revirement de Donald Trump, François Belliot

Frappes US sur la Syrie du 7 avril 2017, Gal. Dominique Delawarde

Syrie : A qui profite le crime ?, Uri Avnery

Washington misait sur un renversement du président Assad.. en 1986, Louai Beshara

Juifs et le complotisme stalinien, Dr Anatoly Livry

Populisme, Guillaume Berlat

La disparition des espèces ou la lutte des banquiers contre les libertés publiques, Jean Rémy et Valérie Bugault

Occident : la réécriture du passé, Manlio Dinucci

Macron ciblé par la CIA ?, Piga

lundi 22 mai 2017

Du nouvel esprit des lois et de la monnaie



Du nouvel esprit des lois et de la monnaie

Les moyens d’une véritable démocratie


Valérie Bugault & Jean Rémy

Préface de Philippe Bourcier de Carbon


Editions SIGEST, EAN 9782917329955, 192 p. 17x24cm, 14,95 € 



Editions SIGEST, EAN 9782917329955, 192 p. 17x24cm, 14,95 € (frais de port 4,35€)









La démocratie est un régime politique dans lequel les grandes décisions sont prises, sinon par le peuple, du moins dans l’intérêt du peuple et sous son contrôle. Nous verrons qu’un tel régime est encore plus éloigné des actuelles républiques parlementaires qu’il ne l’était de l’Ancien Régime. Le pouvoir politique a, en Occident et depuis le XVIIIe siècle, été confisqué par les détenteurs du pouvoir économique qui mènent actuellement une guerre tous azimuts et sans merci aux États et aux souverainetés politiques qui tentent de résister. Ce processus est arrivé au point où « l’Esprit des lois » de Montesquieu n’est plus reconnaissable et où le droit continental, dicté par des considérations humanistes, est en passe d’être définitivement balayé au profit d’intérêts mercantiles formatés au droit anglais. Ces intérêts, qui reflètent la volonté hégémonique des détenteurs de la puissance économique, tendent logiquement à remettre au goût du jour le principe de l’esclavage légal. Après avoir analysé qui sont les véritables détenteurs du pouvoir, la présente étude propose des solutions juridiques et institutionnelles pour rendre au principe politique la prééminence qu’il est en passe de perdre définitivement.

Le contrôle politique de la monnaie est le préalable technique qui permettra aux États de recouvrer leur autonomie politique et de coopérer avec d’autres États afin d’accroître cette autonomie. Néanmoins, et au point où nous en sommes rendus, la souveraineté monétaire n’engendrera pas, à elle seule, le retour de la souveraineté politique : elle devra s’accompagner de quelques mesures juridiques indispensables telles que, la suppression de l’anonymat des détenteurs de capitaux, et, l’élaboration d’une nouvelle conception de « l’entreprise » qui acte cette dernière en tant qu’institution juridique d’utilité sociale. Le retour du fait politique passe également par l’éradication du principe de « propriété économique », issu de la culture juridique anglo-saxonne, laquelle est entièrement assujettie à la prééminence économique et à la prédation sociale. La propriété économique est la notion clef permettant de transformer le principe d’accaparement en droit positif, actant ainsi la double disparition des concepts de « fait politique » et de civilisation.

Cet essai prétend donner aux États les armes juridiques permettant d’œuvrer à un renversement de l’ordre géopolitique actuel. À cette fin, il propose notamment une théorie juridique de la monnaie, simple à mettre en œuvre, qui permettra à tout pouvoir politique encore indépendant de reprendre le contrôle de sa monnaie.


***

Valérie Bugault est docteure en droit de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne. à l’occasion de sa thèse portant sur le droit de l’entreprise, elle a élaboré une théorie juridique unifiée, qualifiée « d’iconoclaste », de l’entreprise. Elle a travaillé comme avocate fiscaliste dans le domaine des prix de transfert ainsi que en droit fiscal interne avant de cesser sa carrière d’avocate pour se consacrer à l’analyse des problématiques de géopolitique économique. Elle a notamment publié, en 2016, sur le site du Saker francophone une série d’études intitulée « décryptage du système économique global ».

Jean Rémy, ancien banquier international, spécialiste des systèmes d’information bancaire, il a créé il y a une trentaine d’années la théorie structurale de la monnaie qui a de nombreuses applications. Aujourd’hui en retraite, il est conférencier, et milite pour une moralisation de la finance et de la banque.



***
Interview Saker francophone