samedi 27 décembre 2014

Seeing and Feeling History



Seeing and Feeling History

© Margaret Elizabeth Andretich

Images have the power to bring narrative to life, and in the process render a story into a sensory experience felt by a reader. For the victims of the Armenian genocide of 1915, their story is one that has been resigned from view and overlooked by generations. In the graphic novel Special Mission Nemesis, the authors and illustrators combat the anonymity that clouds the Armenian genocide by bringing it to life through the dialectic of text and image. Through the lens of a 1921 trial in Berlin of accused Armenian assassin Soghomon Tehlirian in the death of Turkish Grand Vizier Talaat Pasha, the Armenian genocide is brought to life through Soghomon’s experiences as a civilian victim. Through the visual use of framing and shading Soghomon’s flashbacks create a visual and emotional tension between past and present, allowing the reader to experience the personal element of genocide. 
Special Mission - Nemesis

      In order for the reader to empathize with Soghomon’s testimony, the Armenian genocide is first presented in a context of factual and historical standing. On page 11, panel 1, Soghomon is presented with his back to the viewer in a medium over the shoulder shot, signaling the viewer’s alignment with Soghomon and inviting the viewer to join in participating in the personal account of his experience. The viewer is made to feel as a third party objective witness to the courts’ procedure in establishing Soghomon’s testimony as historical fact. Despite his lowered position as an accused murderer, Soghomon dominates the right visual field of the panel, suggesting his importance and adding weight to account of what occurred during the massacre. In this panel shading and composition are crucial in setting the tone of Soghomon’s ambivalence in retelling this history and in connecting the successive panels of his memories to the tension of the genocide as historical fact and a subjective experience. On this page the color white appears most in the first panel, encompassing the judge in a repetitive circle motif seen throughout the graphic novel. This white circle has a spotlight effect, suggesting the metaphoric presence of a rational justice system seeking to “shine” a light on the actual history of the Armenian genocide. In contrast, Soghomon’s black hair brings the eye back to Soghomon, revealing a shadow on the back of his neck, perhaps an allusion to the looming story that haunts his memories, as is revealed in the following panels. 
 
Page 11
      As Soghomon begins his testimony of the genocide, the device of flashback reinforces the tension of Soghomon’s trauma as a resurfacing memory. Departing from the courtroom in panel 1, Soghomon begins to relate his memories, which by panel 3 signals his fragility as he relives the emotional pain of witnessing the deaths of loved ones each time he delves into the past. Soghomon is featured on the right side of the frame, in reverse of his position in panel 1, drawing attention to both his face and to the violent scene of his past. His memories are literally behind him, but they remain in focus creating a visual uncertainty for what the viewer should focus on, the violent flashback or Soghomon’s reaction. The visual close up of Soghomon in his court suit with downcast eyes in partial shadow against the background of his memory intensifies the temporal tension between past and present as his reality slips into the inescapable trauma of the past. The loosely sketched barren dessert background and obscure figural bodies contrasted with thicker and more expressive lines of Soghomon allow the reader to acknowledge the deaths witnessed by Soghomon, but continually return to his suffering face. Soghomon’s flashback bridges the factual and emotional aspects of living through the Armenian genocide to offer the viewer a well rounded and more complete image of a historical event. This panel is not just a transcript of what Soghomon said, but also a real memory of a genocide that deserves to be told. The viewer is invited into this memory and in doing so creates a memory of a history that the viewer never lived, but now can empathize with.
      By visualizing Soghomon’s past the viewer melds into his memories, fully experiencing the genocide as if it were happening. In panel 8 the composition of Soghomon on the right of the frame in a close up shot remains the same as the precedent set by the first panel and continued by the third panel, but now the viewer is completely melded into his memories. As the intensity of the flashbacks increase, all ties to the courtroom and the present disappear and by panel 8 Soghomon is literally encompassed by his memory. Soghomon is physically and emotionally ravaged by the massacre that he is experiencing and witnessing, pulling the viewer into the scene to experience it with him. The replacement of the speech bubble with the text box further separates Soghomon from the present along with the transition from partial white highlight in panel 3 to a complete gray scale scene, designating this panel almost as a historical document, a snapshot of the emotional history of the Armenian genocide. The composition of panel 8 is nearly identical to panels 1 and 3, connecting the panels as a timeline of historical and emotional documentation. As a document accessible only to the viewer, these three panels illustrate the magnitude of what happened in the Armenian genocide to the viewer and allow the viewer to join in Soghomon’s memories. These panels make the personal element of genocide come to life as an event that affected real people and in order to empathize with the Soghomon’s acquittal the viewer is made to understand the factual and emotional aspects of genocide.
      In the graphic novel Special Mission Nemesis the emotional experience of Soghomon’s trauma is illustrated in an emotionally charged way to connect to the reader. The Armenian genocide is a reoccurring trauma for Soghomon, and the murder of Talaat Pasha is a direct response to his suffering. By utilizing a subtle visual language of framing, shading and composition, the experience of genocide is communicated to the reader and experienced in order to ensure the reader’s sympathies towards the juries’ acquittal of Soghomon. Soghomon’s flashbacks are a crucial narrative means to convey the Armenian genocide and foster an emotional connection to Soghomon’s past as well as the past of a lost population. The visual component of Special Mission Nemesis gives the reader access into an inaccessible and violent history, and in the process the factual reality of the genocide is made real for the reader, allowing a meaningful understanding of Operation Nemesis to occur and Soghomon to transform from assassin to national hero. 


Margaret Elizabeth Andretich
13 December 2014 
For Dr. Carel Bertram  
Humanities 300
San Francisco State University



dimanche 30 novembre 2014

UKRAINE - l'escalade

Vous avez aimé la saison 1
Voici la saison 2 des chroniques ukrainiennes 
de Jean-Michel Vernochet
parution le 19 décembre


UKRAINE - l'Escalade



EAN : 9782917329757

15x21cm, 148 pages, 15 € TTC
Éditions Sigest
29, rue Etienne Dolet - 94140 Alfortville
Distribution : La GENERALE Librest, Sigest.




Vouloir écrire l’histoire au présent est une gageure. C’est aussi une nécessité pour qui ne veut pas se laisser entrainer passivement par le flot et les remous de l’information quotidienne. 
La crise ukrainienne est à ce titre exemplaire en ce qu’elle nous incite fortement à porter sur ces événements un regard décalé dont nous dispense habituellement le prêt-à-penser médiatique. Événements qui nous engagent directement en tant qu’Européens de première ligne puisque pour la première fois depuis 1939 l’éventualité d’une possible guerre totale frappe à nos portes. Or, force est de constater que la diabolisation de la Russie et de ses dirigeants atteint actuellement des sommets inouïs dans la presse quasi unanime et dans les discours de la classe politique. Dans un tel contexte de nouvelle Guerre froide, les chroniques ici rassemblées s’efforcent de dévider, semaine après semaine, le fil d’Ariane qui doit nous aider à parcourir le labyrinthe où nous enferme une asphyxiante pensée unique. Laquelle nous refuse le libre exercice d’une raison critique pourtant consubstantielle à l’État de droit… dans la mesure où celui-ci s’exerce de façon encore autonome ! Autrement dit, en étant non totalement vassalisé et soumis à un ordre mondial conçu, dessiné et planifié sur les rives adverses de l’Atlantique Nord.

samedi 2 août 2014

From victim to avenger





From victim to avenger


SPECIAL MISSION
Nemesis  
by Paolo COSSI, J.B. DJIAN and Jan VAROUJAN

English translation by Lou Ann Matossian

Editions Sigest
17x24 cm (about 6½" x 9½")
68pp / $19.95 / 14.50 euro
ISBN: 978-2-917329-71-9



One day in March, 1921, a young man burst into Hardenberg Street, Berlin, trailing a neighborhood resident who was out for a stroll. Minutes later, he struck down his target with a bullet to the head. 

At his trial, the young Armenian, Soghomon Tehlirian, acknowledged the killing but claimed he was no murderer. It was the victim, Talaat Pasha, who had orchestrated the massacre of Tehlirian’s family and the annihilation of his people. 


This true-crime drama unfolds in Special Mission–Nemesis, a 68-page graphic novel by Paolo Cossi, J. B. Djian and Jan Varoujan ($19.95). 


Newly translated from the French by Lou Ann Matossian, Special Mission–Nemesis is available from publisher Editions Sigest (http://editions.sigest.net) and wherever Armenian books are sold.




Contact: editions@sigest.net 

Orders: 

France :

USA :





jeudi 29 mai 2014

Guerre Tiède en Europe

Guerre Tiède* en Europe

Europe & Orient n°18 est disponible

ISBN 978-2-917329-70-2   10€



Sommaire



Incompétence ou complaisance ?, Jan Varoujan

Ukraine:  « Des comportements à géométrie variable », Jean Géronimo
Le crépuscule de l’Ukraine, Jean-Michel Vernochet
Obama to Putin: Do as I Say Not as I Do, Ralph Nader
Crise ukrainienne : quel pilotage des événements  ?, Xavier GUILHOU
La crise ukrainienne accélère la recomposition du monde, Pierre Charasse
Grèce : Violences politiques, incurie étatique,Christophe Chiclet
Combattre le négationnisme, Sévane Garibian & Stefan Kristensen
Retour au rêve brisé de Nicolas II, Hervé Le Bideau
Sur la rhétorique turque, Nikos Lygeros
La raison pour laquelle les Turcs ont été capables d’exterminer les Arméniens, mais pas les Juifs (I), Harut Sassounian 
Has R. T. Erdogan gone from model Middle East ‘strongman’ to tin-pot dictator?, Robert Fisk
Le message d’Erdogan sur les événements de 1915 : futile, Jan Varoujan
Crimea: Russia’s Artsakh, Editorial, Keghart.com
Azerbaïdjan: quand la chasse aux démocrates s’aggrave,la paix s’éloigne,J-Luc Bennahmias
Dans la tête de Ilham Aliev
Le député René Rouquet interdit de territoire Azerbaïdjanais, Jean Eckian
La recherche identitaire au Dersim, Hranoush Kharatyan
Mais pourquoi les Turcs ont-ils massacré les Arméniens ?, Jean V. Guréghian
Perspectives géopolitiques de 2014, Karim Emile Bitar
Les 3 milliards de dollars de l’Arabie Saoudite sont-ils pour le bien du Liban ?, Roger Akl
Le mystère Robin Cook
Syrie et les journalistes des principaux médias, Silvia Cattori
Rapport sur la refondation, Danièle Masson
Les douze tactiques négationnistes selon Israël Charny, Denis Donikian
Turquie: L’État profond au service des islamistes syriens, Laurent Leylekian
De Big Brother au maternage, François-Bernard Huyghe
Révolution, Slawomir Mrozek
La théorie du remplacement, Maurice-Ruben Hayoun
La Cour de justice de l’UE et le «tourisme social»


* terme utilisé pour la première fois par Jean Géronimo dans son livre "La Pensée stratégique russe" (Sigest, 2011, 2012)
 


vendredi 16 mai 2014

dimanche 4 mai 2014

UKRAINE : l'engrenage

Vous avez aimé 
"Les Egarés - le Wahhabisme est-il un contre Islam ?" 
de J.M. Vernochet ?

Vous allez adorer 
"UKRAINE- l'Engrenage"
De la révolution orange 
à l’indépendance de la Crimée 
via la colère du Maïdan

  Chroniques 2004-2014
  de J - M VERNOCHET
  
EAN : 9782917329696
176 pages 15x21cm, 16 euros
Distribution : La Générale-Librest, Sigest


 
L’industrie médiatique n’est pas purement « gratuite ». Elle ne travestit pas le réel pour le simple plaisir, mais parce qu’elle remplit une fonction essentielle à l’ordre du monde tel que nous le subissons. À ce prix, celui de la falsification, la fonction sacralisée du Quatrième pouvoir est de « dire le réel » en congruence avec l’ordre régnant.



Le drame ukrainien n’échappe pas à cette règle. Or l’observateur indépendant, et de ce fait relativement dégagé des contraintes de l’universelle tyrannie consensuelle, ne peut avoir des événements quune lecture différente. En premier lieu parce qu’il ne se croira pas a priori obligé de souscrire à la bienséante détestation de la Russie et de ses dirigeants actuels. Ni d’adorer les idoles réputées démocratiques devant lesquelles nous sommes chaque jour conviés à nous prosterner.



L’Ukraine se situe aux frontières de l’Europe de Maëstricht. Pourtant les turbulences qu’elle traverse ont fait l’objet ces derniers mois d’un traitement à peine moins partial que celui réservé tout au long de ces trois dernières années à la révolte syrienne contre le pouvoir conjoint du Parti Baas et du clan Assad. Face à ce constat de carence, il importait que ces chroniques rédigées au fil des semaines s’efforcent de rétablir quelque peu l’équilibre vis-à-vis d’un traitement de l’information par trop asymétrique.


contact : editions@sigest.net  



L'Aventure kémaliste

Deux livres réunis dans un volume :
  • Pour comprendre la Turquie d'aujourd'hui
  • Pour comprendre les relations Europe-Turquie d'aujourd'hui
Un livre indispensable qui va aux racines de la république turque et dévoile ceux qui ont "fait" Kémal, en coulisse, pour servir leurs intérêts.

L'aventure kémaliste  
suivi de Angora et Berlin
de Ömer Kâzim

Texte intégral 
Nouvelle édition enrichie
avec des cartes et de photos.


Éditions SIGEST
EAN 9782917329689

256 pages, 155x230mm, 17,50 euro
Distribution : Générale-Librest
Parution : 28 mai 2014 

Rares sont les témoignages à chaud portés par des Turcs, et de ce fait infiniment précieux, sur le fléau que constituèrent pour l'Empire ottoman et ses populations les Jeunes-turcs « laïcs et réformateurs » entre 1908 et 1918 et, à partir de 1919, le mouvement kémaliste incontestablement issu des premiers.

Dans « L'aventure kémaliste », Ömer Kâzim s'est attelé dès 1921 à démontrer avec courage et lucidité, sinon la rage du désespoir, que le mouvement kémaliste n'était rien d'autre que la continuation désastreuse du régime jeune-turc responsable de l'entrée en guerre de l'Empire ottoman aux côtés de l'Allemagne wilhelminienne et de l'extermination du peuple arménien.

Dans « Angora et Berlin », il met en garde l'opinion publique des pays de l'Entente contre le danger que risque de devenir pour l'Orient, l'Europe et la Paix ce mouvement xénophobe soutenu par les vaincus d'hier, les Allemands qui veulent déjà prendre leur revanche sur les Alliés en Asie Mineure, et par les bolcheviks, qui visent au bouleversement mondial.

Dans ces deux ouvrages extrêmement bien documentés, Ömer Kâzim révèle les liens qui unissent les criminels Jeunes-turcs devenus kémalistes à leurs protecteurs allemands et bolcheviks et les complicités dont ils bénéficiaient, au détriment de l'Entente, notamment en France : le silence ou l'ignorance d'une certaine presse, la kémalomanie de certains milieux diplomatiques et militaires travaillant contre leur propre camp.

A l'heure où adeptes et propagandistes déclarés de la Turquie kémaliste pratiquent la désinformation la plus outrancière, comme leurs prédécesseurs des années 1920 à la faveur de l'indifférence et de l'ignorance de l'opinion publique, ces deux témoignages d'un Turc patriote rappellent combien il est immoral de traiter avec un État qui assume ouvertement "ces forfaits qui sont de nature à faire pour toujours tressaillir d'horreur la conscience humaine", selon les propres mots du vizir Damad Ferid pacha s'exprimant devant le Conseil suprême des Alliés à Paris en juin 1919.
 
 contact : editions@sigest.net



  

dimanche 20 avril 2014

Quelques livres pour décrypter l'actualité

Quelques livres utiles pour décrypter l'actualité


La Pensée stratégique russe
de Jean Géronimo 
Préface de Jacques Sapir
Sigest - ISBN : 9782917329375
176 pages, 14x21cm, 14,95 €

La disparition de l'Union soviétique, le 25 décembre 1991, au crépuscule d'un siècle désenchanté, ne fut pas seulement la « plus grande catastrophe géopolitique du siècle ». Elle fut aussi une rupture radicale dans la pensée stratégique russe, contrainte d'abandonner une vision trop idéologique d'un monde bi-polaire, pour une approche plus réaliste des menaces périphériques issues d'Asie et d'Occident. Désormais, la Russie post-communiste se retrouve face à de nouveaux défis, sur l'Echiquier eurasien et face à l'Amérique, structurellement guidée par la ligne « anti-russe » de Z. Brzezinski.
Dans le contexte d'une conflictualité latente, surgie des méandres de la Guerre froide et menaçant la stabilité de l'espace post-soviétique richement doté en énergies, la Russie mène une stratégie de reconquête régionale en vue de son retour comme grande puissance. En tant que « pivots géopolitiques » de stratégies ambitieuses, les républiques de l'ex-URSS deviennent les leviers d'une lutte d'influence.
En dépit du récent rapprochement russo-américain, célébré par le sommet de Lisbonne de novembre 2010, le nouveau discours stratégique russe maintient une forte préoccupation sécuritaire. Contrairement à la croyance illusoire d'une "fin libérale" de l'histoire porteuse d'une paix éternelle, Moscou est contrainte à une veille stratégique, au coeur de l'Eurasie. Troublante inertie.

***

Les "Egarés"
Le Wahhabisme est-il un contre Islam ?

de Jean-Michel Vernochet
Sigest - EAN : 9782917329627
172 pages, 12x17cm,
15 € TTC

Dans l’Orient proche et lointain, une guerre, violente et sourde à la fois, se déroule sous les yeux d’un Occident frappé de cécité. Une idéologie nouvelle, quoique âgée de deux siècles et demi, monte en puissance et tend désormais à s'imposer comme la nouvelle orthodoxie musulmane, le wahhabisme. Un rigorisme radical qui entend se substituer à l’Islam traditionnel sous couvert d'un retour à la pureté originelle de la révélation coranique.
« Idéologie » et non religion puisqu'il est ici question de l'islam politique ou, autrement dit, de l'islamisme, lequel revêt aujourd'hui de multiples visages selon les lieux et les circonstances… que ce soit celui des Frères musulmans, celui de la prédication salafiste ou encore du djihadisme sanguinaire. Idéologie, « nihiliste foncièrement hostile aux valeurs traditionnelles et à tous les musulmans »,promue et diffusée au sein et hors de la Communauté des Croyants, en Terre d'Islam, mais aussi Europe, notamment par ces deux « faux amis » de l’Occident que sont le Qatar et l’Arabie.   
Un schisme dévorant s'est ainsi installé au cœur de l'Islam, exacerbant le vieil antagonisme séparant sunnites et chiites. Rien cependant n’explique au XXIe siècle la haine apparemment irrationnelle que le wahhabisme voue au chiisme en général et aux chiites en particulier, hormis la finalité cachée du dogme wahhabite… Celui-ci vise en effet au monopole eschatologique, universel et ultime, après son triomphe sur les ruines de toutes les autres constructions théologiques et métaphysiques de l'espace islamique, voire post-chrétien.
Finalement, si les intérêts occidentalistes ne sont pas exactement les mêmes que ceux des monarchies wahhabites, ces intérêts se recoupent largement au plan géostratégique, géoénergétique ou encore sur celui de la mondialisation financière… Pire, ils convergent dans la diffusion d’un islam désincarné participant d'un monothéisme sans âme, à savoir la religion d'un monde globalisé, porteuse de toutes les dérives peu ou prou totalitaires.

 ***


EUROPE IN UNCLE SAM'S PITFALL

by Isabel RUCK 
Preface by Bertrand Badie
Sigest - ISBN : 9782917329368
146 pages, 12x17cm, 9,95 €

Since the beginning of the events in December 2010 in Tunisia and Egypt, the implications of the International Community and more specifically those of some European countries, such as Great Britain, Italy and France in the Arab revolts, have occurred to be somewhat ambiguous. Torn between the pursuit of their own national interests and the endeavor to bring democracy and peace to its southern neighborhood, the “European Three” have engaged in a mission of uncertainty that could well fire back at any time. While a lot has been written and said about the International Community’s responsibility to protect, very few researchers seem to question the limits and consequences of those interventions. The majority of the scholarly literature views these events as a positive change in the evolution of Arab countries. Whether it really is a “positive change” or rather a “peripety” shall be discussed in our paper. By proposing a cross-disciplinary analysis on the subject, we are trying to show how the events from the Arab Thawra, as well as their instrumentalization by America and its allies, have put Europe at the eye of the cyclone!


samedi 29 mars 2014

SIGEST au salon du livre de Paris



SIGEST au salon du livre de Paris

Par Isabelle R.


SIGEST était présent au Salon du livre de Paris qui s’est tenu du 21 au 24 mars à la Porte de Versailles.

« En l’absence d’un stand Arménie on a voulu être présent au salon, même avec un stand modeste » a déclaré le directeur de SIGEST Jean Sirapian.
J.M. Vernochet (Les Egarés)
 
Laureen Topalian (Mon ami Toumanian)


Depuis 2004, l’année de lancement du département édition, SIGEST présentait pas moins de 84 ouvrages dans son catalogue 2013-2014. Le dernier paru, la BD Némésis sur Soghomon Tehlirian, a créé la surprise avec plus de 1000 exemplaires vendus, à peine sortie de l’imprimerie. « La version anglaise est en préparation pour la rentrée 2014, ainsi que la traduction en arménienne » a-t-il précisé M. Sirapian en ajoutant « Des traductions en russe, en allemand et… en turc sont à l’étude ».
Jan Varoujan et Paolo Cossi (Mission Spéciale - Némésis)

Plusieurs auteurs ont été conviés sur le stand pour dédicacer, dont deux venant de l’étranger : Paolo Cossi (d’Italie) et Fadi Azar (du Liban).
Erwan Kerivel (Les Fils du Soleil), Denis Donikian (L'île de l'âme)
Fadi Azar (Soeur Christèle)












Nombreux contacts ont été noués avec des professionnels tant sur le plan de l’édition que de l’impression (papier et numérique). 

Roger Akl (Dieu, Liban, la France et moi)

Djian (Mission spéciale- Némésis)

Pierre Koulak (Fernand Raynaud)
Concernant l'organisation M. Sirapian, comme beaucoup d'autres exposants, exprime ses réserves. 
« Vu le prix qu’on paye en tant qu’exposant pour un modeste stand et parallèlement vu le prix qui font payer aux visiteurs (10 euro), Reed Exposition, aurait pu fournir une meilleure organisation et de prestations » a-t-il conclu M. Sirapian.

jeudi 20 mars 2014

la BD Némésis à Villeurbanne



BD Mission Spéciale Némésis à Villeurbanne


Après la présentation à Paris le 17 mars, Paolo Cossi, Djian et Jan Varoujan ont été invité le 19 mars à Villeurbanne pour présenter l’album de BD Mission Spéciale – Némésis. 
Paolo Cossi (au milieu) et Jan Varoujan (à droite).

La présentation a eu lieu dans le Palais du travail. Mego a fait une introduction pour présenter la BD ainsi que les invités. Tour à tour Paolo et Jan ont pris la parole pour raconter la naissance de la BD. La fille de Shahan Natalie, Sylva Natalie Manoogian est intervenue en direct de Los Angeles pour dire quelques mots sur son père devant un public très ému.

Jan Varoujan a expliqué les différents étapes de la préparation de la BD à l'aide d'un diaporama. Nombreuses questions sur le plan technique et historique ont été posée par un public intéressé.

Après la présentation, une séance de dédicace a permis un échange riche entre les auteurs et les présents.  
Dédicaces pour la BD et le livre Hadoug Kordz.

mardi 18 mars 2014

Avant-première pour la BD Mission Spéciale – Nemesis



Avant-première 
pour la BD 
Mission Spéciale – Nemesis  




Commandez chez votre libraire ou FNAC, Librairie.com, Amazon,


Lundi 17 mars, à deux jours de l’anniversaire de l’exécution de Talaat par Soghomon Tehlirian à Berlin le 15 mars 1921, Hamazkayin, Homenetmen et les éditions Sigest organisaient une soirée de présentation de la BD Mission Spéciale – Némésis  (Hadoug Kordz) dans les locaux de la MCA, Paris 9e.


 
Les convives ont dû se patienter des dizaines de minutes afin d'obtenir une dédicace des trois auteurs.

La salle, pleine à craquer avec plus de 150 personnes, a suivi avec attention les intervenants, en présence des auteurs Paolo COSSI, J.B. DJIAN et J. VAROUJAN. Hourig, Rafi, Aram, Massis et les auteurs ont tour à tour expliqué comment l’idée de cet album était née, les différentes rencontres, en France et en Arménie, qui ont permis de mûrir le projet, et qui a finalement abouti à cet album après environ deux ans de travail.

Le moment le plus émouvant (et la surprise) de la soirée c’était l’intervention via Internet de Sylva Natalie Manoogian, la fille de Shahan Natalie (la tête pensante de l’Opération Némésis). Jan Varoujan avait trouvé sa trace à Los Angeles et avait noué le lien pour que cette intervention puisse avoir lieu en direct lors de cette soirée. 
 
 
Paolo COSSI, Jan VAROUJAN, J.B. DJIAN ont dédicacé non-stop pendant plus d'une heure.

La totalité du stock de 100 albums a été très rapidement vendue ainsi que le petit livre Hadoug Kordz (à la base du scénario de la BD). Le reste de la soirée fut consacré aux dédicaces avec les convives qui se pressaient autour des trois auteurs et d’un buffet, où les bulles de champagne se mélangeaient aux bulles de la BD (ou vice-versa) dans une ambiance chaleureuse.

mercredi 5 mars 2014

Les recensions de l’Académie : Les Fils du Soleil



Les recensions de l’Académie 1

Les fils du soleil : Arméniens et Avis du Dersim / Erwan Kerivel éd. SIGEST, 2013, cote : 59.343








La réislamisation forcée actuelle, organisée en Turquie par le parti conservateur au pouvoir « Adalet va Kalkinma Partisi » (Parti de la Justice et du Développement), ne doit pas faire illusion ; même s’il y a une volonté de masquer, voire déradiquer les minorités ethniques (Kurdes, Lazes, Turkmènes, Grecs) ou religieuses (Arméniens, Alévis, Ahl e Haq), les particularismes régionaux demeurent. Monsieur Kerivel, dont nous avions recensé le pcédent livre  La  vérité  est  dans  l’homme  : les Alevis de Turquie (Alfortville, Sigest 2011) et qui est un humaniste engagé, s’intéresse ici au Dersim, gion montagneuse du sud-est  de la Turquie, proche de lArménie et de lIran, que les Kurdes nomment « Porte dArgent », les Arméniens « Pays de Sem ou de Simon le Zélote », parcourue par le fleuve Kema Su, bras nord de l’Euphrate et le Murat Su, son bras sud. Cette région fut appelée « Arminia » par les Perses qui en firent leur 13e satrapie.


C’est là qu’eut lieu l’iranisation des Arméniens, qui adoptèrent les dieux mazdéens, Aremedz « Architecte de l’univers », père de Mithra et dAnahita. Tigrane le Grand (95-55 avant J.C.) annexa la région à son royaume dArménie. Devenus chtiens, les Arméniens conservèrent la tradition zoroastrienne de la messe du lever du soleil ou «arevakal», le Christ  étant  assimi à cet  astre,  cest  pourquoi  l’auteur  les appelle  « Fils  du  Soleil » ou »Arevordiks » (qui a le sens de « Issus du feu »). Du Ve  au IXe  siècle, les Arméniens tiraillés entre Byzantins, Perses puis Arabes, forgèrent un nationalisme religieux distinct du christianisme orthodoxe byzantin en adoptant le monophysisme, en demeurant courageusement chtiens dans un environnement humain islami et en sappuyant sur un clergé  for de  « derder »  (prêtres  mariés),  "abegha"  (moines  célibataires)  et  de « vardapets » (savants docteurs). Lorsqu’au XVIIe  siècle, les « grandes compagnies » de « djelali »,  soldats  démobilisés  devenus  bandits,  massacrèrent  les  chrétiens  dans  toute l’Anatolie, beaucoup dArméniens gagnèrent le Dersim et certains se convertirent à l’alévisme pour être protégés ; cest ainsi qu’Arméniens et Alévis firent leurs dévotions dans  les  mêmes  mausolées  locaux  de  saints  qui  portent  un  double  nom  musulman  et chtien. Les massacres dArméniens et de Syriaques organisés par le Sultan Abdulhamid de 1892 à 1918 suscitèrent chez les Alévis, eux-mêmes ostracisés, l’organisation de filières d’évasion des chrétiens vers la Russie, malgré les menaces du Gouvernement dIstanbul d’exécuter tout sujet musulman qui sauverait un chtien. À cette époque aussi, des Arméniens adoptèrent l’alévisme.





Auparavant au XIIIe  siècle, les tribus turkmènes et kurdes s’étaient réfugiées dans les montagnes anatoliennes pour échapper à l’invasion mongole ; leurs clans étaient dirigés par des cheikhs de confréries, Abdal, Kalendar ou Kizilbash (« turban rouge »). Ce sont précisément ces derniers qui autour du Cheikh turkmène ( ?) Safieddine vont adopter le chiisme afin de lutter contre les champions de l’islam sunnite, les Ottomans, clan de la tribu turque des Oghouz, qui avaient mis fin au sultanat seldjouqide dAnatolie au XVe siècle et allaient de leur capitale Bursa (Brousse) organiser la prise dConstantinople en 1453. Les Kizilbash, que fera découvrir Elisée Reclus (1830-1905) dans sa Nouvelle Géographie universelle adoptèrent des traditions mazdéennes qu’ils islamiseront, comme le personnage de Mithra devenu « Khodr » (prophète coranique) et que les Arméniens transformèrent en Saint « Vahagn ». Les Safavides, nouvelle dynastie perse qui allait faire adopter le chiisme par l’ensemble des Iraniens au XVIe siècle, s’affrontèrent avec les Turcs dans cette gion du Dersim de 1512 à 1639.


Les Alévis du Dersim allaient être influens par le chiisme kizilbash qui croit à l’ubiquité et à l’omnipotence dAli, établit le lignage des clans et de leurs guides spirituels, les « Pir » (ou « Cheikh »), prode par initiations successives à l’enseignement spirituel confrérique des «apprentis » (mourid) cooptés selon un rituel de franchissement d’épreuves appees « seuils » comme pour les Bektachis. Les initiés se nomment aussi « Ahl é haq » (disciples de la Vérité ou de Dieu). Les Alévis doivent se choisir un « frère de l’Au-De », qui est dune autre famille ; leurs descendants ne pourront jamais se marier entre eux à cause de la sacralisation de cette fraternité ; il arrive que ce nouveau  « frère » soit un Arménien avec lequel sont tissés des liens de sang ; on voit ainsi qu’on est loin du mépris affiché par les sunnites turcs envers leurs compatriotes chtiens


En 1921, le pouvoir turc encore sultanien décida l’extermination des Arméniens réfugiés au Dersim et parfois alévisés. Plus tard, les Alévis locaux, également soupçonnés d’être des descendants dArméniens, allaient être une nouvelle fois décimés par larmée dAtatürk en 1931 dans des opérations militaires sanglantes ; le nom même de «Dersim» fut supprimé et la région s’appellera désormais « Tunceli ». Lordre exclusivement sunnite devait y gner malg le fait que le Régime turc prétendait être devenu laïque.

Monsieur Kerivel a rédigé, pages 139 à 151, une bibliographie dune centaine douvrages, souvent peu connus sur cette partie de la Turquie. Il a ajouté plusieurs annexes précieuses, pages 152 à 169, comprenant des photographies de la gion, des massacres des habitants en 1931 ainsi que des cartes gionales. Pages 32-33, un tableau est consacré aux tribus du Dersim et à leur localisation. Il faut féliciter l’auteur davoir collecté, au cours de ses séjours, une documentation qui nous fait mieux connaître cettegion excentrée de la Turquie actuelle, exceptionnelle pour les bons rapports interconfessionnels entretenus uniquement par la volonté des autochtones.





Christian Lochon

 
1 Les recensions de l'Académie de Académie des sciences d'outre-mer est mis à disposition selon les termes de la  licence Creative Commons